• La femme arc-en-ciel.

    Petit texte ♥

    ><○><

    Sous la pluie, tout parait plus mystérieux et effrayant. Le décor qui nous entoure change et se vide peu à peu de ses impuretés. Les gens rentrent chez eux, les couleurs se fondent entre elles, les lumières se floutent. Le paysage retrouve toute sa beauté.

    A l’abri sous un avant toit, je regarde les gouttes de pluie s'écraser sur les pavés de la rue Mouffetard. Le sol luit sous les trombes d'eau qui s'écoulent du ciel.

    Le vent transperce mon sweat en coton et s'engouffre dans mes cheveux qui volent partout autour de mon visage. Il n'y a que quelques mètres à parcourir pour arriver à mon bureau mais je n'ai pas le courage de sortir de mon refuge.

    La pluie passerait au travers de mes vêtements et j'arriverais complétement trempé. Passer une journée mouillé et malade n'est pas dans mes objectifs. Hélas cela fait déjà un bon bout de temps que la pluie tombe et il se trouve qu'elle n'a pas l'air de vouloir s’arrêter.

    J’enfouis ma tête sous la capuche de mon sweat et reste adossé le plus possible au mur afin de ne pas me faire mouiller.

    Tout à coup j'entends un bruit. Un bruit de pas plus exactement. Des talons. Une démarche un peu pressée mais qui ne coure pas. Je lève les yeux. Une femme s'approche. Elle tient un parapluie rouge au dessus de sa tête et porte un long manteau imperméable. Ses cheveux s'agitent autour de ses yeux et elle accélère encore le pas avant d'arriver finalement à ma hauteur et de se glisser à coté de moi, sous l'avant toit.

    Elle ferme son parapluie, soupire puis remet ses cheveux en place. Je l'observe discrètement mais elle ne semble pas s’intéresser à moi. Elle sort son téléphone de sa poche et commence à appuyer sur toutes les touches puis soupire à nouveau en le replongeant dans sa poche.

    << Quel temps de chien... >> marmotte t'elle en regardant le déluge qui s'abat à quelques mètres seulement de là ou nous nous trouvons.

    Je réponds << C'est Paris quoi..>>

    Elle tourne la tête vers moi et me regarde comme si elle venait de découvrir qu'elle n'était pas seule sous le porche.

    << On m'avait dit que Paris était la ville de l'amour mais je n'y vois que pluie, pollution et pauvreté. >>

    -Comme dans toutes les grandes villes, vous savez...

    La fille me toise puis attrape à nouveau son téléphone, elle appuie sur une touche et porte le combiné à son oreille.

    -Quoi ? Allo ?! Tu es où là ? Je suis coincée sous un porche dans la rue...(elle cherche le nom)...Mouffetard, tu peux venir ? Il caille en plus.

    Elle attend, attentive à ce que lui raconte son interlocuteur puis fronce les sourcils et crie :

    -Comment ça pas le temps !? Je me mouille et tu n'as pas le temps de venir me chercher ? C'est à mourir de rire !

    Et elle raccroche. Rageusement. Elle croise les bras.

    Peut être, avait-elle son compagnon au téléphone. Peut être ne pouvait-il pas venir la chercher car il était occupé ou peut être en a-t’il marre de sévir à ses caprices. En tout cas je comprendrait qu'il ne ressente pas un amour fou pour cette femme qui semble au premier abord très, très orgueilleuse et désagréable.

    La pluie tombe toujours mais semble pour autant s’être calmée.

    -Vous voulez aller où ?

    En posant cette question je me demande moi même pourquoi je le fais.

    -Cela vous regarde peut être ?

    Je ne relève pas. Cette femme n'a aucune envie de me parler. Elle n'aime ni Paris, ni les gens, ni son compagnon, ni la pluie. Elle est simplement une erreur dans ce décor qui semblait être nettoyé par la pluie.

    Cela me fait mal au cœur de savoir que certaines personnes sont comme cela. Fermées au monde, aux gens, aux rencontres, aux différences mais hélas je sais que cette femme n'est pas la seule à l'être.

    Un arc en ciel apparait dans l'étendu du ciel qui semble revenir au bleu, quelques gouttes tombent encore mais bientôt l'averse cesse. La femme repart, son parapluie à la main et souriante elle finit par (me?) dire :

    -Au moins les arcs en ciel existent à Paris !

    Et elle s'éloigne doucement.

    C'est étrange les différents aspects d'une personne. Comment on croit voir quelqu’un, comment il est au final. C'est comme si cette femme était un arc en ciel et que chacune de ses couleurs correspondait à une facette de sa personnalité. C'est étrange mais c'est normal, c'est la vie.

    Et c'est en me disant cela, que je sors de mon abris comme beaucoup de gens autour de moi, et qu'en quelques secondes, la rue qui semblait abandonnée retrouve sa vivacité et ses touristes en délire.

     ><○><

    « Dans le week-endTout est possible. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Juin à 11:44
    C'est vraiment très bien écrit ! J'aime beaucoup, c'est mon style !
    Et personnellement, la façon dont tu présentes la fille je ne la voyais pas du orgueilleuse ni quoi que ce soit, je trouvais ça dommage que le garçon la voit ainsi… Je suis contente qu'à la fin il est changé d'avis ;)
      • Vendredi 30 Juin à 13:44

        Merci beaucoup !! Oui en faisant une courte histoire j'ai pensé a toi !! Et oui, il y a une petite morale à la fin mais il faut avouer que la femme n'était pas très agréable !!

        Et j'ai écris ce texte avec des mots qu'on m'a donné, ceux qui sont en gras !! ♥

      • Vendredi 30 Juin à 15:11
        Oh, t'as pensée à moi ;)
        Ah, c'est pour ça qu'ils étaient en gras, j'avais pas compris ;)
      • Vendredi 30 Juin à 15:16

        Ouiiiii avec les bouts d'histoire, j'ai écris un nouveau texte si tu veux, et oui c'est pour ça !!

      • Vendredi 30 Juin à 16:43
        Ah oui, j'aimerai bien les lires ;)
      • Vendredi 30 Juin à 16:47

        Je t'en prie, il est dans la rubrique "Textes" et se nomme "Tout est possible".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :